2019/09/13 - Jean-Philippe VIRET...

Jean-Philippe Viret célèbre ses 60 ans, ses 40 ans de carrière, les 20 ans de son trio et la sortie de son 10ème album en leader : Ivresse

Sortie le 13 septembre (label : Mélisse / Distribution : Outhere)
Jean-Philippe Viret contrebasse / Edouard Ferlet piano / Fabrice Moreau batterie
Album live enregistré à la Générale de Montreuil les 22/23 février
Concerts :
8 août : Jazz in Marciac
2 octobre : studio de l'Ermitage, Paris
13 octobre : Marmande
15 octobre : Tourcoing
9 novembre : Nevers
7 mars 2020 : Eymet
14 mars 2020 : Radio France, Paris
L’Ivresse, c’est en premier chef celle des nombres : un ensemble er d’une histoire marquée par 8 albums et 1 Victoire de la Musique célébrant ses 20 ans l’année où celui qui lui prête son patronyme, le contrebassiste Jean-Philippe Viret, souffle ses 60 bougies.
Au-delà de ce tourbillon, le chiffre clé n’en reste pas moins le 3, symbole d’une perfection géométrique transmutée en génie artistique par le Trio Viret. De façon parfaitement égalitaire, ses membres ont tout bonnement réinventé l’art du trio dans le jazz. Pas moins.
À la tradition instrumentale convenue de la formule piano-contrebasse-batterie, Jean-Philippe Viret, Édouard Ferlet et Fabrice Moreau ont souhaité substituer la logique d’un métissage créateur porté par la force de la créolisation, ce processus qui permet à chacun de s’enrichir de l’autre et de nourrir son imaginaire sans renoncer à son propre héritage.
Jamais cette courte échelle collective n’aura permis au Trio Viret de se hisser aussi haut dans l’audace, l’écoute réciproque et l’inattendu. De nous ouvrir aussi largement les portes de l’inentendu. Cet enregistrement, réalisé en l’espace de deux récitals live au cœur de l’hiver 2019, pousse à son paroxysme la logique de partage, d’échange, de dépassement et de réinvention permanente qui constitue l’ADN du groupe. La réussite, éclatante à chaque accord, chaque claquement de peau, chaque plainte de l’archet, réside dans la puissance du jeu, la novation de l’écriture et la beauté des improvisations. L’Ivresse est là. Naturelle. Jubilatoire. Absolue.
Sébastian Danchin
photo (c) Grégoire Alexandre