2019/02/18 - KEPLER...

KEPLER, album éponyme du trio composé des frères Sanchez, Maxime au piano et Adrien au saxophone ténor, et de Julien Pontvianne au saxophone ténor, sortira sur le label Onze Heures Onze le 22 mars 2019.

Le groupe sera en concert le 18 février 2019 à la Dynamo de Banlieues Bleues (Pantin, 93) en première partie
 d’Antichamber Music [The Bridge #10].

Pour écouter l'album en avant-première et en exclusivité, n'hésitez pas à nous demander un lien d'écoute sécurisé.
L'album est d'ores et déjà disponible à l'achat en avant-première sur notre site internet.

N’hésitez pas à nous contacter pour des compléments d'information, des interviews ou des photos ou si vous souhaitez recevoir le disque : contact@onzeheuresonze.com.
KEPLER
Onze Heures Onze - ONZ034 – Distribution : Absilone
Sortie physique et numérique le 22 mars 2019



Maxime Sanchez piano
Julien Pontvianne saxophone ténor, clarinette
Adrien Sanchez saxophone ténor

 
Lenteur. Mélodie. Retenue. Kepler est un trio épuré. L'idée est de rendre le son nécessaire. On nous prive souvent d’une forme de beauté froide – là elle est clairement recherchée – en opposition à un monde qui tourne toujours un peu plus vite. La stabilité apparente masque les discontinuités, les ruptures, et invite à une écoute différente.

« Le trio Kepler est composé des deux frangins Sanchez, Maxime au piano, Adrien au sax ténor, avec Julien Pontvianne qui s’est joint à la fratrie. En chaussettes, ils annoncent la couleur : « On va vous jouer des choses assez lentes, et même très lentes ». C’est pourtant moins la lenteur des thèmes qui frappe que leur sidérante douceur. Mais cette douceur est pleine de craquelures, de micro-failles, de micro-distorsions. Certes, Maxime et Adrien Sanchez sont les deux frères du trio, mais on constate aussi une gémellité évidente entre les deux ténors, Adrien Sanchez et Julien Pontvianne : ils partagent une manière de tresser une auréole de souffle grésillant autour du son, qui rappelle un peu les vieux 33 tours du siècle passé, ce temps où les gens ne se promenaient pas encore dans les rues en parlant à leur main. Ils jouent des unissons avec de subtils décalages et distorsions.  Les compositions, nous l’avons dit, sont d’une grande douceur, mais ne versent jamais dans le mièvre ni dans l’émollient car elles sont intensément habitées. Au piano, Maxime Sanchez a l’art de créer des atmosphères avec trois fois rien, des bouts de nuage, une ombre, une brindille, une plume d’oiseau. Il a cet art aussi, de faire entendre une pulsation swing, plus ou moins prononcée qui est en filigrane dans tout ce qu’il joue. Les configurations du trio sont aussi mouvantes qu’un ciel du bassin d’Arcachon. Dans le troisième morceau, un des plus réussis à mon sens, un des plus prenants, le piano se lance dans un discours swinguant et allègre, en se plaçant sur la crête d’un motif circulaire construit par les deux saxophones à l’unisson. L’intensité monte, l’unisson se rompt, les motifs de saxophone s’emballent, se diffractent comme à travers un miroir éclaté, et c’est alors le piano qui devient un môle de stabilité. Pour finir les deux saxes improvisent de manière conjointe une sorte de discours à deux voix, avec de subtils rapports entre la parole de l’un et la parole de l’autre. Le trio joue six ou sept morceaux de cet acabit, en variant à chaque fois les configurations, et les rapports entre instruments. La musique est à la fois savante, recherchée, et d’une grande évidence, et je n’en reviens pas que ces gamins qui n’ont pas trente ans puissent arriver à cela. Au milieu du concert, les fenêtres de l’appartement, laissées ouvertes, font entendre une sirène de pompiers qui semble fondre et s’évanouir devant la douceur tranquille et habitée de ce trio. Une musique originale, délicate, d’une grande intériorité. Une magnifique révélation »

Compte-rendu de concert par Jean-François MONDOT – 27 septembre 2016

 

KEPLER en concert
Lundi 18 février à 20h30, La Dynamo de Banlieues Bleues, Pantin

en 1ère partie d’Antichamber Music [The Bridge #10] – Claudia Solal, Katherine Young, Benoît Delbecq & Lou Mallozzi

Biographies des musiciens

Maxime Sanchez / piano, clavier
Maxime commence le piano à 4 ans en Corée du Sud. A son retour en France, il poursuit ses études musicales à Toulouse, au collège de Marciac, puis au CRR de Montpellier, avec notamment François Théberge et Pierre de Bethmann, qu'Il retrouve plus tard au CNSM de Paris, dont il sort diplômé avec les plus hautes distinctions en 2012. Troisième du très prestigieux concours international Thelonious Monk en 2018, il joue à Washington devant un jury composé entre autres de Herbie Hancock, Jason Moran ou Danilo Perez. Il joue notamment dans le quintet de Florent Nisse (avec Chris Cheek, Jakob Bro...), le Pandémonium de François Janneau, la chanteuse syrienne Lena Chamamyan, le quartet de David Enhco – avec qui il participe à la création du label Nome – et est sollicité pour représenter les Pianos Pleyel lors de manufacturing events. Il monte son trio en 2009 - avec lequel il gagne un concours international en Hongrie – qui devient ensuite le quartet Flashpig, dont le premier album est sorti en 2013 chez Plus Loin Music. Maxime enseigne au CRR d’Amiens.

Julien Pontvianne / saxophone ténor, clarinette
Né en 1983 et formé entre autres au CNSM de Paris, le saxophoniste, clarinettiste et compositeur Julien Pontvianne se nourrit de nombreuses traditions musicales pour proposer sa propre vision de la lenteur - une vision qui explore, au sein de plusieurs groupes dont WATT, AUM grand ensemble ou Abhra, les formes du silence, les rôles de la voix et de la mélodie, les accords non tempérés, l’évolution de matières continues, la fusion des timbres, le résonant, le temps, les formes longues comme celles de la chanson… Il incarne une musique de la patience, à contre-courant, proche d’une sorte d’ascétisme hédoniste qui invite à l’introspection, et dont l’intellectualisme ne prend jamais le dessus sur le ressenti et sur une sensualité certaine. Ses différents albums - notamment Silere, écrit autour de l’oeuvre de H.D. Thoreau, écrit pour les 15 musiciens de son AUM grand ensemble (paru en 2015 sur le label du collectif Onze Heures Onze dont il est l’un des membres fondateurs et actifs) ont amené la critique à le rapprocher de l’idée d’écologie du son chère à Gérard Grisey, ou de celle d’écologie de l’écoute qu’avait définie Salvatore Sciarrino. Marqué entre autres par les messes de la Renaissance comme par le gamelan balinais, par les musiques de Sonic Youth et Paul Motian comme par celles de Morton Feldman ou Michael Pisaro, sa polyvalence l’amène à jouer dans de nombreux contextes - du swing des années 1920 au rock experimental (Oxyd, Trojan Panda) et à l’interprétation du répertoire le plus contemporain (Ensemble 0).

Adrien Sanchez / saxophone ténor
Né en 1987, Adrien Sanchez commence très jeune l’étude du piano puis de la flûte traversière dans la région toulousaine. Il se consacre un peu plus tard au saxophone, instrument avec lequel il se sent plus à l'aise pour improviser, sans délaisser complètement le piano. Après le lycée, il étudie dans la classe de Jazz de Montpellier où il travaillera deux ans aux côtés de François Théberge, Pierre De Bethmann, Peter Giron et Stéphane Fouchet, et commence à se produire dans le grand sud. Il obtient deux bourses en 2006 pour le prestigieux Berklee College of Music de Boston où il étudie et joue notamment avec George Garzone, Hal Crook, Jeff Galindo, Rick Dimuzio et rencontre des musiciens comme Joe Lovano, Greg Osby, Miguel Zenon et nombre de jeunes artistes de la scène américaine et internationale. Quelques excursions à New York marquent aussi ce séjour aux États-Unis. En 2008 il intègre le CNSM de Paris, dont il sort diplômé quatre ans plus tard. En février 2009 il remporte une compétition internationale de jazz en Hongrie, aux côtés de son frère au piano. Il est co-leader du groupe Flashpig, arrange et écrit de la musique pour la maitrise de la Loire en 2016, et se penche aussi sur les musiques électroniques.

Catalogue Onze Heures Onze : 

- Phonem (Maïlys Maronne) - "Animus Volandi"
- WATT - "77'06"
- Onze Heures Onze Orchestra vol 2
- AUM Grand Ensemble - "You've never listened to the wind"
- Stéphane Payen - "Morgan the Pirate"
- Magic Malik Fanfare XP
- Rodolphe Lauretta - "RAW"
- Onze Heures Onze Orchestra vol 1
- Op.Cit & Magic Malik - "Pavages pour l'aile d'un papillon"
- OXYD - "Long Now"
- Les rêves du plongeur, un film d'Olivier Poisson
- Octurn - "The Tibetan Monks of Gyuto"
- Gui Duvignau - "Fissura"
- Abhra
- The Workshop -"Music by Doug Hammond"
- AUM Grand Ensemble - "Silere"
- Denis Guivarc'h trio - "Reverse"
- Slugged - "Silent Form"
- Alexandre Herer - "Audiometry"
- The Workshop - "Conversation with the drums"
- Cooper Gloves - "Live au Studio de l'Ermitage"
- Oxyd - "Plasticity"
- Slugged - "Phonotype"

- Fanfare XP vol 1 Songbook



Tous ces disques sont disponibles à la vente sur notre site www.onzeheuresonze.com