2019/06/14 - Park JIHA...

La musicienne coréenne revient avec un album intégralement enregistré en solo.
PARK JIHA
Philos

(tak:til / Glitterbeat / Differ-ant)

Sortie : 14/06/2019
Clips : "Arrival""Thunder Shower" et "When I Think of Her"
Communion, le premier album de Park Jiha publié l’année dernière sur le label Tak:til, a attiré une attention méritée sur la jeune instrumentiste et compositrice coréenne. Son nouvel album, Philos, qu’elle appelle comme une évocation de son « amour pour le temps, l’espace et le son » reste aussi inventif et transcendant.
Découvrez la vidéo de "Thunder Shower" en cliquant sur l'image.
Alors que la musique de Park Jiha est souvent rapprochée du minimalisme, la musique ambiante, le free jazz, ou la musique de chambre, le cœur de sa créativité s’appuie sur la musique traditionnelle coréenne. Elle en a étudié la théorie et la pratique en maîtrisant trois de ses instruments les plus emblématiques : « Je joue d’un instrument coréen traditionnel appelé piri, une sorte de hautbois. C’est une flûte à double anche en bambou qui peut être assez bruyante. J’utilise aussi un autre instrument traditionnel, le saenghwang, un instrument en bambou avec de nombreux tubes, semblable à la bouche humaine. Je peux également jouer le yanggeum (instrument à cordes), des percussions ou chanter, selon le type de musique que je compose. En choisissant mon instrument, je choisis mon langage. Tout comme la voix humaine, chaque instrument à son propre charme. »
Découvrez la vidéo de "When I Think of Her" en cliquant sur l'image.
Philos, est à la fois une extension et un pas en avant par rapport à son précédent album. Il partage la patience et les effets hypnotiques de Communion, regarde vers l’avenir, tout en conversant avec un riche langage musical du passé. Mais le ton général et l’intention sont beaucoup plus personnels. Une évolution intentionnelle, comme Park Jiha l’explique : « Pour Communion, je me suis concentré sur l’harmonie avec les autres musiciens. Mais cette fois, j’ai joué tous les instruments moi-même. Ainsi j’ai pu explorer mes pistes de façon plus solide et me concentrer sur une chose à la fois. »

Cette nouvelle approche se reflète dans le titre de l’album. En grec, « Philos » est le pluriel de philo qui peut signifier « amour » ou « le goût d’une chose spécifique » : « Quand je travaille sur ma musique, je me concentre énormément sur ce que je fais. Je pense qu’en fin de compte c’est de l’amour. C’est un amour très puissant, surtout sur cet album où j’ai enregistré tous les morceaux moi-même. C’est pourquoi je lui ai donné le nom de Philos. »