9 décembre 2015

Les Notes de la Marée de décembre



Quelques publications – et idées de cadeaux… – pour le mois de décembre.                          


Emmené par Bruno Tocanne et Bernard Santacruz, le ImuZZic Grand(s)Ensemble reprend Escalator Over The Hill, l’opéra jazz psychédélique créé par Carla Bley et Paul Haines entre 1968 et 1971. Over The Hills sort le 1er décembre sur le label IMR. L’orchestre est composé d’Antoine Läng au chant, Olivier Thémines aux clarinettes, Jean Aussanaire aux saxophones, Rémi Gaudillat et Fred Roudet à la trompette et au bugle, Alain Blessing à la guitare, Santacruz à la contrebasse et Tocanne à la batterie. Si Bley et Tocanne partagent le goût pour les fanfares et le free, la version originale penchait sérieusement vers la musique expressionniste – L’Opéra de quat’sous de Kurt Weill, par exemple –, tandis qu’Over The Hills plonge clairement dans les eaux limpides du rock underground. Une interprétation neuve et incisive d’une œuvre toujours aussi cinglante, portée par la voix décapante de Läng et la formidable énergie musicale du Grand(s)Ensemble.


Nanan, un album de chansons pour enfants de la batteuse LydieDupuy sort le 7 décembre chez Z Production, avec Mélina Tobiana au chant, Vincent Périer au saxophone ténor et à la clarinette, Rémi Ploton au piano et Julien Sarazin à la contrebasse. Le quintet invite également Médéric Collignon, Ezra, Grégoire Gensse, Jonathan Kreisberg et Perrine Missemer. Les onze chansons ont été composées par Dupuy, les arrangements sont signés Ploton et les illustrations ont été confiées à Perrine Arnaud. Les comptines sont rigolotes et le chant est net, comme il se doit pour le jeune public. Aux antipodes d’un jazz enfantin, l’accompagnement est ingénieux et swingue avec vigueur, dans une lignée mainstream.


A l’occasion du cinquantenaire de A Love Supreme, Impulse! sort un coffret de trois albums accompagnés d’un livret. Les disques reprennent la version publiée en 1965, avec McCoy Tyner, Jimmy Garrison et Elvin Jones, les prises supplémentaires du quartet, la session du 10 décembre avec Archie Shepp et Art Davis, et l’enregistrement du concert d’Antibes, le 26 juillet 1965 (avec l’introduction et la conclusion d’André Francis). Le fascicule d’une trentaine de pages est riche en photos, partitions et textes de la main de John Coltrane. Le texte du livret est signé Ashley Kahn qui, avec Lewis Porter, est l’un des biographes incontournable de Trane. Que dire de A Love Supreme qui n’ait pas déjà été dit ? Rien… il suffit de l’écouter, c’est évident !


Enrico Pieranunzi est insatiable : avec plus de soixante-dix disques à son actif, il vient de publier coup sur coup Stories en 2014 avec Scott Colley et Antonio Sanchez, Double Circle avec Federico Casagrande en avril 2015… et le revoilà pour un disque en quartet sans batterie avec Ralph Alessi à la trompette, Donny McCaslin aux saxophones et Matt Penman à la contrebasse. Proximity sort le 13 novembre, toujours chez Cam Jazz, et Pieranunzi en a composé les huit morceaux. Même si la musique de Proximity est plutôt intimiste et repose sur des constructions subtiles, qui rappellent d’autant plus la musique de chambre que le quartet joue sans batterie, Pieranunzi et ses compagnons maintiennent une pulsation solide du début à la fin.


En 2010, Cam Jazz a la bonne idée de commencer à publier les anthologies des artistes des labels Black Saint et Soul Note. Dans un coffret blanc et sobre, cette collection propose des disques cartonnés qui reproduisent fidèlement les pochettes originales. Vingt-deux volumes sont déjà sortis, de Roscoe Mitchell à Henry Threadgill en passant par Cecil Taylor, Anthony Braxton, David Murray, Lee Konitz… mais aussi Jimmy Lyons et Steve Lacy.


A côté du Cecil Taylor Unit dans lequel il joue de 1961 à sa mort, en 1986,  Jimmy Lyons monte un quintet et s’associe, entre autres, à Andrew Cyrille pour plusieurs disques, dont cinq enregistrés Black Saint entre 1979 et 1985.


Nuba, en 1979, est un trio avec Jeanne Lee et Cyrille. Toutes les compositions sont du trio. Une rythmique volontiers aux tambours, un saxophone entre cris et bop, des vocalises souvent minimalistes… comme autant de discussions en à bâton rompu, abstraites, mais sensuelles.


Something In Return (1981) et Burnt Offering (1982) en duo avec Cyrille. En dehors de « Take The A Train » de Billy Strayhorn, tous les morceaux sont signés Lyons et Cyrille. Des duos explosifs, heurtés, qui doivent autant à la musique contemporaine qu’au free, avec, souvent, en filigrane, un jeu de tambours qui rappelle l’Afrique (« Nuba »).

Wee Sneezawee (1983) avec son quintet, constitué de Raphe Malik à la trompette, Karen Borca au basson, William Parker à la contrebasse et Paul Murphy à la batterie. Sans doute l’album le plus connu de Lyons, l’influence d’Ornette Coleman (unissons mélodiques dissonants, lignes de basse vigoureuses, contrepoints véloces) se mêle à celle de l’AACM (embardées impétueuses) pour aboutir à une musique dense et tendue.


Give It Up (1985), toujours en quintet, mais avec Enrico Rava à la trompette et Jay Oliver à la contrebasse. Give It Up s’inscrit dans la continuité de Wee Sneezawee : grouillement des voix, lignes de basse solides et foisonnement rythmique… Captivant !

Ce coffret de Lyons trouvera indiscutablement sa place dans la discothèque du collectionneur, mais aussi de l’amateur ou, tout simplement, du mélomane curieux...



Cam Jazz dédie deux Box Sets à la musique de Steve Lacy : le premier coffret regroupe les six disques en solo, duos et trios, publiés chez Black Saint ou Soul Note, tandis que le deuxième réunit les neufs albums en quartet, quintet, sextet ou octet, enregistrés entre 1976 et 1993.

Sur Trickles (1976), Lacy est en compagnie de Roswell Budd au trombone, Kent Carter à la contrebasse et Beaver Harris à la batterie. Toutes les compositions sont de Lacy. Les mélodies accrochent, les structures vacillent, la rythmique explose… Trickles est un cocktail passionnant de tradition et de modernisme. Un GRAND disque !


Avec Troubles (1979) le quartet devient quintet, avec Irène Aebi au violon, violoncelle et à la voix, Steve Pott aux saxophones, Carter et Oliver Johnson à la batterie. Lacy signe tous les morceaux. A l’ombre de Duke Ellington, de Charles Mingus et du blues, la rythmique virevolte, les mélodies tournoient, la voix s’envole, dissonante, et les interactions fourmillent… 

Pour Regeneration (1983), Rudd et Carter sont rejoints par Misha Mengelberg au piano et Han Bennink à la batterie. Herbie Nichols (« Blue Chopsticks », « 2300 Skiddoo », « Twelve Bars ») et Thelonious Monk (« Monk’s Mood », « Friday The 13th », « Epistrophy ») sont à l’honneur. Walking bass, chabada et unissons vifs : Lacy reste sur les traces du bop (be et hard), mais les dissonances glissées à bon escient pimentent le discours du quintet.

Change of Season (1984) est encore un hommage à Nichols, avec Mengelberg et Bennink, auxquels s’ajoutent le trombone de George Lewis et la contrebasse d’Arjen Gorter… Comme dans Regeneration, la musique de Change of Season suit un courant hard bop tendu, avec quelques variations, citations et envolées qui s’aventurent dans le domaine du free…

C’est en sextet que Lacy enregistre The Condor (1985). Aux côtés de Potts, Aebi et Johnson, Bobby Few au piano et Jean-Jacques Avenel à la contrebasse. Tous les thèmes – mélodieux – sont signés Lacy et illustrent des poèmes de Bob Kaufman, Anna Akmatova, Franco Beltrametti et Nanni Balestrini. Aebi chante à l’unisson avec les soufflants, la rythmique tient une pulsation régulière et l’ensemble reste mesuré, avec un bon balancement.

Dans Dutch Masters (1987), Lacy retrouve Mengelberg, Lewis et Bennink, plus Ernst Reÿseger au violoncelle. Le sextet joue des compositions de Lacy, Mengelberg et Monk. Dutch Masters ressemble à une fanfare dixieland free : walking, pulsation régulière, clusters  et solistes affranchis…

Le double album The Cry (1988) rassemble Aebi, Tina Wrase aux saxophones et clarinette basse, Petia Kaufman au clavecin, Cathrin Pfeifer à l’accordéon, Avenel et Daniel « Top » Gioia aux percussions. Les treize mouvements s’articulent autour de textes extraits de l’œuvre de la poétesse d’origine bengali Taslima Nasrin et d’un poème d’Ambapali. The Cry s’apparente à un opéra contemporain expressionniste avec la tentation du classique en filigrane, caractérisée, notamment par les interventions du clavecin.

Retour au quartet avec Revenue (1993), et des compagnons de longue date : Potts, Avenel et John Betsch à la batterie. Le free mélodique des morceaux de Revenue suit le plus souvent la structure familière thème – solos – thème et comporte son lot de contrepoints, de dialogues effrénés, d’embardées échevelées… et des chorus mémorables d’Avenel.

Quant à Vespers, enregistré six mois après Revenue (1993), il s’appuie sur Potts, Aebi, Few, Avenel et Betsch, plus le saxophoniste ténor Ricky Ford et le corniste Tom Warner. Vespers – dont tous les morceaux ont été composés par Lacy – s’inscrit dans la lignée de Revenue, mais avec une instrumentation étoffée qui se rapproche de la musique contemporaine et de l’expressionisme de The Cry.


A relever également les œuvres de Kenneth Noland, Biron Gysin, Giuliano Crivelli, Franco Beltrametti, Vincent Lainé, Yoshida Kenji ou Arshile Gorky qui illustrent avec élégance les pochettes des disques. 

Voici un coffret qui mérite le voyage : c’est un concentré d’énergie mélodieuse… Sans oublier le sens de la narration, incomparable, de Lacy.