8 juin 2019

Improse Extended Trio au Studio de l’Ermitage…


Le 28 mai 2019, le Studio de l’Ermitage affiche complet pour le concert de sortie d’Improse Extended, disque du trio monté par le pianiste Thierry Eliez, avec Ivan Gélugne à la contrebasse et André Ceccarelli à la batterie.

En 2017 Eliez enregistre son premier disque en solo : Improse, néologisme inventé par le pianiste pour désigner ce « laps de temps où l’esprit se libère de la pensée », condition sine qua non pour toute improvisation. L’année suivante Eliez poursuit l’aventure en reprenant le répertoire avec son trio. Enregistré au Studio de Meudon et masterisé par Philippe Teissier Du Cros, le disque sort sur le label Dood Music, le 29 mars 2019.


Le soir du concert, le trio reprend les neuf morceaux du disque et « Entre Pierre et Loup » (tiré du disque en solo). Les thèmes sont signés Eliez, à l’exception de « Circum », composé par Ceilin Poggi.

« Intérieur Nuit » commence par une introduction sortie du début vingtième sur un Fazioli au son à la fois ardent et cristallin. Les balais de Ceccarelli et la ligne économe de Gélugne accompagnent le thème, qu’Eliez expose en sifflant à l’unisson. Le développement swingue, avec moult excursions dans le domaine des comptines et de la musique classique. Les motifs en shuffle de la contrebasse et les caresses des balais portent « Absinthe », une ballade qui finit par s’emballer. « Forango » – encore un néologisme – tire son nom du Forró (danse du nord-est brésilien) et du fandango (danse espagnole) : les cliquetis de la batterie, le riff de la contrebasse et l’ostinato du piano lancent ce morceau entraînant aux accents arabo-andalous, pimenté d’un solo de contrebasse mélodieux et d’un chorus de batterie à base de frisés et de pêches robustes. La « Rêverie » de Claude Debussy se partage entre envolées lyriques et subtilités mélodiques, soutenues par une rythmique inébranlable. Une ligne sourde de Gélugne souligne les crépitements contemporains
d’Eliez, puis les roulements serrés de Ceccarelli propulsent « Circum » dans une course-poursuite sur laquelle plane l’esprit bop : chabada relevés de rim shot et walking véloce accompagnent le discours virtuose du piano. Hommage à l’artiste Frida Kahlo, « Frida » mélange allègrement les genres : jeu dans les cordes, touches moyen-orientales, passage latino, accents balkaniques… « Satie », dédié à la fille d’Eliez, est une ritournelle mise en valeur par un ostinato de la main gauche et les traits à l’archet de la contrebasse. Le développement s’inscrit dans une veine classique, sans se départir d’un balancement élégant. « Triptyque » est un morceau joueur : d’abord en solo, les phrases heurtées d’Eliez se bousculent, émaillées de clins d’œil tirés de comptines, boogies, strides, swing… La contrebasse et la batterie rejoignent le piano pour une ballade qui vire petit à petit au post-bop, assaisonné d’un chabada aux petits oignons et d’une walking relevée de shuffle… Le chorus de Ceccarelli commence par des cliquetis aériens et se termine sur des frappes sèches et vigoureuses, avant que le morceau ne s’achève sur des notes bleues. Si « Entre Pierre et Loup » se réfère évidemment à l’œuvre de Sergueï Prokofiev, l’approche rythmique et la montée en tension rappellent Ahmad Jamal. En bis le trio joue « Incognition », morceau dynamique et touffu qui conclut également le disque.


Le lyrisme brillant d’Eliez allié à une rythmique impeccable, portée par le gros son boisé de Gélugne et le swing incomparable de Ceccarelli, est tout simplement réjouissant. Improse Extended pétille de malice.


Le disque

Improse Extended Trio
Thierry Eliez (p), Ivan Gélugne (b) et André Ceccarelli (d).
Dood Music
Sortie le 29 mars 2019





Liste des morceaux

01.  « Circum », Ceilin Poggi (05:51).
02.  « Satie » (05:44).
03.  « Absinthe » (07:47).
04.  « Forango » (05:40).
05.  « Rêverie » (05:13).
06.  « Intérieur Nuit » (05:45).
07.  « Frida » (06:07).
08.  « Triptyque » (07:53).
09.  « Incognition » (04:02).

Tous les morceaux sont signés Eliez, sauf indication contraire.