1 avril 2020

A la découverte de Gabriel Midon

Après Gabriel Midon 4tet, en 2017, et King of Panda, en 2018, le contrebassiste Gabriel Midon s’apprête de sortir Imaginary Stories en mai 2020. L’occasion de partir à la découverte de ce musicien, entendu, entre autres, aux côtés de Faïz Lamouri, Anurag Naidu, Jozef Dumoulin, Sam Tessier...


La musique

J’ai étudié le piano classique au conservatoire de Strasbourg, mais un soir, je suis tombé par hasard sur Jazz 6, l'émission de Philippe Adler. Un concert y était diffusé et j'ai été choqué au plus profond de moi même : je ne comprenais ni le rythme, ni la mélodie, j'étais perdu... Et je me souviens encore très bien de cette sensation ! Je jouait déjà quelques accords de blues au piano, mais ce que j'écoutais là n'avait aucun sens… Je me suis dis qu'il fallait que je comprenne comment fonctionnait cette musique étrange ! Plus tard, j'ai découvert qu'il s'agissait du quartet de Charlie Haden... C’est comme ça que j’ai commencé le piano jazz au conservatoire. En parallèle j’apprenais aussi le saxophone alto et la basse électrique… Puis je suis passé au saxophone soprano et au trombone, le temps d’une saison, pour finir par la contrebasse, que j’ai apprise au Centre des Musiques Didier Lockwood !… Le choix de l’instrument a été très compliqué !



De manière générale, j’ai d’abord été influencé par Thelonious Monk, John Coltrane et Chick Corea. Puis sont venus Brad Mehldau, Hermeto Pascoal et Django Bates. Côté contrebassistes, Larry Grenadier et Joe Sanders sont mes principales références.


Cinq clés pour le jazz

Qu’est-ce que le jazz ? Cette capacité à réinventer une musique au moyen de l'improvisation, en fonction du contexte de vie dans lequel nous évoluons... Et aussi un vaste monde à explorer !

Pourquoi la passion du jazz ? Grâce à l'improvisation, le jazz permet aux musiciens de toucher à quelque chose d'intime et de sincère. Quand nous improvisons ensemble sans se connaître, avec une grande connivence, un lien se crée entre nous, peut-être éphémère, mais très fort.

Où écouter du jazz ? En soirée, seul, ou avec quelques amis, mais en étant attentif et sans rien faire d'autre !

Comment découvrir le jazz ? Si vous êtes un curieux avide et compulsif : fouinez, fouillez, autant que possible ! Sinon, commencez avec les grands chanteurs, puis Miles Davis, Bill Evans, Charlie Parker, Monk (toujours !)...

Une anecdote autour du jazz ? Miles qui détestait la façon dont Monk accompagnait...


Le portrait chinois

Si j’étais un animal, je serais une pieuvre,
Si j’étais une fleur, je serais une orchidée,
Si j’étais un fruit, je serais un fruit à pain,
Si j’étais une boisson, je serais un grand Petrus,
Si j’étais un plat, je serais un plateau de fruits de mer version XXL,
Si j’étais une lettre, je serais B,
Si j’étais un mot, je serais nyctalope,
Si j’étais un chiffre, je serais 12,
Si j’étais une couleur, je serais fuchsia,
Si j’étais une note, je serais Db.


Les bonheurs et regrets musicaux

La réussite, je l'assimile aux moments musicaux que je partage et à leur intensité. Récemment, j'ai le souvenir d'un concert au 38 Riv' avec Edouard Monnin au piano et Thomas Delor à la batterie : nous avons joué un set avec une telle connectivité... Nous étions littéralement en transe, c'était fantastique !

Je pense que je me suis efforcé d’oublier les regrets... Pour, justement, ne rien regretter ! (Rires).


Sur l’île déserte…

Quels disques ? L'album de 1982, Hermeto Pascoal & Grupo, que je viens de redécouvrir... Winter Truce (and Homes Blaze) de Bates, un Live at The Village Vanguard de Mehldau

Quels livres ? Celui que je lis en ce moment : Entrer dans une pensée de François Jullien et une nouvelle de Stefan Zweig.

Quels films ? Cohérence de James Ward Byrkit et un film de Martin Scorsese.

Quelles peintures ? František Kupka, Fernand Léger et Edward Hopper.

Quels loisirs ? Un jeu d'échec, une corde à sauter et une canne à pêche !


Les projets

Aujourd'hui je prépare la sortie de mon album Imaginary Stories, prévue au mois de mai. Quant à demain, j’ai un projet de disque en trio saxophone – contrebasse – batterie. Et je profite de ces temps de confinement pour en finaliser le répertoire...




Trois vœux…

1. Que tout le monde agisse avec bon sens ! Un sens commun universel à tous... Loin du narcissisme, de la peur, de la jalousie et de tous les autres maux de ce siècle !

2. Que le jazz continue d'exister à jamais…

3. Jouer dans le monde entier la musque que j'aime avec les musiciens que je préfère !