26 février 2017

What If? – Hugues Mayot

Membre du Sens de la Marche de Marc Ducret, mais aussi du Surnatural Orchestra, du Sacre du Tympan, du Ciné X’tet… et, plus récemment, de l’Orchestre National de Jazz, du Pierre Durand Roots 4tet, de Spring Roll de Sylvaine Hélary, de Que Vola de Fidel FourneyronHugues Mayot développe également des projets personnels, dont L’Arbre Rouge, un quintet acoustique avec Théo Valentin Ceccaldi, Joachim Florent et Sophie Bernado, et What If?, un quartet électrique.  

What If?, disque éponyme, sort sur le label ONJ Records en février 2017. Mayot est entouré du claviériste Jozef Dumoulin (The Red Hill Orchestra, Lilly Joel…), du bassiste Joachim Florent (Coax collectif…) et du batteur Franck Vaillant (Benzine, Wax’In, Thisisatrio…). Le saxophoniste est l’auteur des huit titres.

Mayot joue sur le contraste entre les timbres électroniques des claviers, la sonorité brute de la section rythmique et le son acoustique du saxophone ténor. Les nappes électroniques lointaines, diffuses et aériennes de Dumoulin apportent une touche de film de science-fiction (« Apollo »), ses ostinatos (« Abyssal Borders ») et autres boucles répétitives (« Half Starved Chords ») évoquent davantage la musique minimaliste. La basse de Florent alterne des motifs sourds (« Abyssal Borders »), des riffs entêtants (« We’re Fighting ») et des lignes saturées (« Attila ») dans une veine rock alternatif. La frappe puissante, mate et sèche de Vaillant renforce l’orientation rock de What If?. De concert avec Florent, il gronde (« Apollo »), grouille (« A Dream Was Riding The Wave »), danse (« On The Road To Uqbar »), s’énerve (« Attila »)… avec une énergie communicative. Quant à Mayot, il promène ses phrases en toute liberté, tantôt aérien au-dessus de la mêlée rythmique (« Abyssal Borders »), tantôt dans la dynamique du groupe (« On The road To Uqbar »). Volontiers free (« Apollo »), Mayot lâche quelques bribes mélodieuses avant de s’emporter (« Attila »), mais sait aussi rester dans le murmure (« Waiting For The Storm »)…

Comme souvent dans l’art culinaire contemporain, What If? accommode des ingrédients élémentaires et des assaisonnements complexes : à goûter !