30 juin 2017

Horizons au Café de la danse

David Enhco présente Horizons le 31 mai au Café de la Danse. La salle est pleine pour accueillir le troisième disque du quartet, après La horde (2013) et Layers (2014), toujours édité chez Nome, label cofondé par Enhco. Le concert est enregistré pour Jazzlive, l’émission de Jean-Charles Doukhan.

A côté de son duo avec son frère Thomas, de son trio avec sa mère, Caroline Casadesus, et son frère, et de The Amazing Keystone Big Band, Enhco a également formé un quartet en compagnie de Roberto Negro au piano, Gautier Garrigue à la contrebasse et Florent Nisse à la batterie.


Horizons a été enregistré à La Buissonne. Au répertoire, six morceaux composés par Negro ou Enhco, deux morceaux par Nisse, un par Garrigue et deux improvisations collectives. Le concert reprend les morceaux du disque dans le désordre, avec, parfois, un interlude improvisé pour les enchaîner.

Sur « From The Horizon », une section rythmique mélodramatique accueille les envolées virtuoses et lyriques de la trompette. Le fantastique saut en parachute (39 376 mètres) de Felix Baumgartner, le 14 octobre 2012 (battu deux ans plus tard, en toute discrétion, par Alan Eustace, un dirigeant de Google de cinquante-sept ans…), est évoqué dans « Felix B », morceau élégant et mélodieux, sans facilité. Sous les doigts de Negro, la musique contemporaine fait des incursions dans « Silver Lining », portée par une contrebasse et une batterie subtiles, et un solo a capella raffiné de la trompette. Ambiance néo bop pour « L’inconnu et le couple d’amoureux » : ’running bass’ et chabada véloces accompagnent des échanges énergiques entre le piano et la trompette. « Interspiratio » penche davantage vers un minimalisme – la ligne de basse et les cymbales de la batterie – aux contours impressionnistes par les dialogues entre le piano et la trompette. Une rythmique souple met en relief « Sentinelle », d’abord exposé par le piano avec tact, puis développé collectivement à grand renfort de contrepoints et d’interactions, tout en gardant un swing vigoureux. Après une improvisation qui fusionne musique contemporaine et jazz, le quartet attaque « Likasi ». Enhco explique que Negro voulait intituler son morceau « Petit Panda », mais que Wikipedia lui a révélé que Panda est un quartier de Likasi, ville du Katanga, au Zaïre (n’en déplaise à ceux qui préfèrent RDC) : une mélodie délicate soulignée par les bruissements de la batterie, l’unisson velouté de la contrebasse et la trompette dans une veine sombre. Suit une mélodie mélancolique énoncée à l’unisson par Enhco et Garrigue, « Questions Come Next », déroulée ensuite avec des contre-chants, puis un emballement rythmique qui débouche sur un fourmillement mélodique tendu. En bis, le quartet joue « L’éclat disparu », tout en douceur et mélancolie.


Le David Enhco Quartet s’inscrit dans une lignée néo bop moderne, libérée de tous stéréotypes, et Horizons reflète parfaitement la connivence d’un groupe qui se connait sur le bout des doigts.


Le disque

Horizons
David Enhco
David Enhco (tp), Roberto Negro (p), Florent Nisse (b) et Gautier Garrigue (d).
Nome – Nome 008
Sortie le 31 mai 2017




Liste des morceaux

01.  « Sentinelle », Enhco (2:26).
02.  « Felix B. », Negro (3:51).
03.  « L’éclat disparu », Garrigue (4:21).
04.  « L’inconnu et le couple d’amoureux », Negro (2:20).
05.  « From The Horizon », Enhco (4:26).
06.  « Interlude I », collectif (1:48).
07.  « Interspiratio », Nisse (5:16).
08.  « Interlude II », collectif (1:30).
09.  « Likasi », Negro (5:09).
10.  « Silver Lining », Enhco (3:11).
11.  « Questions Come Next », Nisse (10:22).