3 décembre 2014

A la découverte de… Alexis Avakian

Sorti du Conservatoire de Marseille, le saxophoniste Alexis Avakian s’installe à Paris en 2006, où il joue, entre autres, avec Franck Amsallem, Rémi Vignolo, Jean-Loup Longnon… La sortie d’un premier disque sous son nom, Digging Chami, en septembre 2014, est l’occasion de découvrir ce musicien...

La musique

A dix ans, j’ai commencé par apprendre à jouer du piano : pendant quatre ou cinq ans j’ai pris des cours avec un ami de la famille, jeune étudiant au conservatoire. Lorsqu’il a arrêté de donner des cours, je n’ai pas voulu continuer. Ensuite, j’ai eu envie de jouer de la guitare, mais plutôt du rock. Pendant quelques années, j’ai eu un professeur qui m’a vraiment passionné et motivé. Je pratiquais vraiment beaucoup et progressais assez vite. Puis ce professeur m’a présenté à l’un de ses amis, saxophoniste. J’ai essayé l’instrument et l’ai tout de suite adoré ! J’aimais particulièrement le fait de souffler avec le ventre... Le jazz, je l’ai découvert à l’adolescence, grâce à des amis… Précisons que ma mère est musicienne : elle joue du kanone, sorte de harpe que l’on pose sur les genoux, et interprète de la musique traditionnelle arménienne.

Après quelques années de saxophone, je suis rentré au Conservatoire de Marseille, dans la classe de jazz du tromboniste Philippe Renault. J’ai suivi le cursus en deux ans et en suis sorti avec un premier prix.

Les influences

Depuis que j’ai treize ans, j’adore Paco de Lucia ! Sinon, pêle-mêle, je citerais : Kenny Garrett, John Coltrane, Sonny Rollins, Igor Stravinsky, Chico Buarque, Thelonious Monk, Miles Davis, Roy Haynes, Jerry Bergonzi, Joe Lovano, Michael Brecker, Mark Turner, Walter Smith III, Ben Wendel, James Brown, Stan Getz, Dexter Gordon, Lester Young, Charlie Parker, Astor Piazzolla


Alexis Avakian (c) Jérôme Micheletti
Cinq clés pour le jazz

Qu’est-ce que le jazz ? La musique des afro-américains, le blues, symbole de la liberté d’expression du peuple noir aux Etats-Unis, dès le début du XXe siècle, avec des personnalités hors du commun…

Pourquoi la passion du jazz ? C'est une musique tellement variée !

Où écouter du jazz ? En repeignant ton appartement…
Comment découvrir le jazz ? Ecouter Billie Holliday.

Une anecdote autour du jazz ? Quand Jean Longnon à gueulé « MERDE », lors d’un bœuf à Calvi, avec des musiciens free : Médéric Collignon, Laurent Dehors




Le portrait chinois

Si j’étais un animal, je serais un aigle,
Si j’étais une fleur, je serais un lilas,
Si j’étais un fruit, je serais un pamplemousse,
Si j’étais une boisson, je serais un café,
Si j’étais un plat, je serais une pizza,
Si j’étais une lettre, je serais A,
Si j’étais un mot, je serais carrément,
Si j’étais un chiffre, je serais 5,
Si j’étais une couleur, je serais vert,
Si j’étais une note, je serais .

Les bonheurs et regrets musicaux

Je suis heureux de Digging Chami et regrette de ne pas avoir vu Elvin Jones en concert…


Sur l’île déserte…

Quels disques ? Crecent de Coltrane fera l’affaire.

Quels livres ?  Le Château de Franz Kafka.

Quels films ? Cinema Paraiso

Quelles peintures ? Egon Schiele.

Quels loisirs ? Le Ju-jitsu, le VTT, la course à pied et, peut-être, le saxophone….

Les projets

Enregistrer encore ! J’ai pas mal d’autres morceaux… Mais aussi jouer en concerts, pour faire évoluer la musique de Digging Chami. Et pourquoi pas un hommage à Coltrane avec un orchestre arménien ?...

Trois vœux…

1.    J’aimerais continuer à jouer longtemps et progresser encore…
2.    Que la situation du monde s’améliore : plus de guerres, plus de pauvreté et du respect pour l’environnement.
3.    Le bonheur des gens que j’aime.